Séga Décrypte #7 : Pourquoi l’OR ne brille pas pour les Maliens ?

diarrah.com

Avec les réserves d’OR dont dispose notre sous sol, le Mali peut financer sa stabilité et assurer son développement et sa croissance diffuse.

Pourquoi l’OR ne brille pas pour les Maliens ? Quels sont les dessous des exploitations minières au Mali ? Que faut il faire pour que l’OR du Mali contribue au développement du Pays et assure la prospérité?
Voici les questions que j’aborde dans ce numéro de décryptage en Bambara.

le Film de d’Eric Pautporté.

(c) Diarrah.com

Président de BI-TON

Séga Décrypte #6 : Le Franc CFA et les alternatives pour les Africains

diarrah.com

le FCFA, comment et pourquoi ?

Combien de personnes meurent chaque jour dans le monde par manque de nourriture ou de soins, non que la nourriture ou les médicaments manquent, mais parce qu’elles n’ont pas l’argent pour y accéder.

Peut on accepter cela plus longtemps dès que l’on a compris que le Franc CFA se crée à partir de la seule volonté humaine ?

Que ressentiriez vous si vous deviez accepter de laisser votre enfant mourrir au seul prétexte que vous n’avez pas l’argent pour le faire soigner?

Dès maintenant, nous pouvons sortir de notre prison mentale.

Rejoignez nous sur http://bi-ton.org

Séga Décrypte #3 : l’escroquerie des 200 000 emplois crées par IBK

 

diarrah.com

Dans cette vidéo, je vous dévoile l’escroquerie politique sur la création de  200 000 emplois par IBK selon le ministre de l’emploi et de la formation professionnelle.


Mes sources:

1 : Budget national ( budget de fonctionnement du ministère de l’emploi et de la formation professionnelle)

 

2. Le nombre de fonctionnaires au 31/12/2015

source : Ministère de l’Aménagement du Territoire et de la Population  Institut National de la Statistique

 

3. Les investissements de plus de 1 milliard de FCFA de juin 2016 à Juillet 2017

 

06-juillet-2017

Sur le rapport du ministre de l’Economie et des Finances, le Conseil des Ministres a adopté un projet de décret portant approbation du marché relatif aux travaux d’élargissement en 2×2 voies de l’échangeur « Place des Martyrs » y compris ses voies d’accès.

Le marché relatif aux travaux d’élargissement en 2×2 voies de l’échangeur « Place des Martyrs » y compris ses voies d’accès est conclu entre le Gouvernement de la République du Mali et l’Entreprise COGEB INTERNATIONAL SA pour un montant de 5 milliards 850 millions 859 mille 690 francs CFA hors taxes / hors douanes et un délai d’exécution de 15 mois hors saison des pluies.

 

03 mai 2017

Le marché relatif au transport aérien des pèlerins de la filière gouvernementale et de leurs bagages au titre du Hadj de l’année 2017 est conclu entre le Gouvernement de la République du Mali et le Groupement EGYPTAIR/AMASER VOYAGES pour un montant toutes taxes comprises de deux milliards deux cent millions de francs CFA et un délai d’exécution de 2 mois.

 

22 mars 2017

Le marché relatif à la sélection de consultants pour les services d’Assistance à Maîtrise d’Ouvrage du Programme d’Appui au Développement sanitaire et social, Phase II de la Région de Mopti est conclu entre le Gouvernement de la République du Mali
et le Groupement AEDES-SANTE SUD pour un montant toutes taxes comprises d’un milliard 203 millions 48 mille 167 virgule 76 francs CFA et un délai d’exécution de 4 ans.

Le Programme vise à améliorer, sur la période 2015-2020, la santé maternelle, infanto-juvénile et les services de planification familiale dans la Région de Mopti.

Les prestations du Groupement AEDES-SANTE SUD porteront, notamment, sur l’appui-conseil aux structures bénéficiaires, la coordination, la gestion, les réformes à entreprendre en matière de couverture maladie universelle et la prise en compte du genre.

22 février

 

Le marché relatif aux travaux de construction et d’équipement de la nouvelle maison d’arrêt de Bamako à Souban (Koulikoro) est conclu entre le Gouvernement de la République du Mali et l’Entreprise et Commerce général Fodé COULIBALY (ECGF) pour un montant de 8 milliards 897 millions 832 mille 659 francs CFA toutes taxes comprises et un délai d’exécution de 24 mois.

Les travaux du marché comprennent, notamment, un bâtiment principal (R+2), un bloc administratif, des cellules avec les commodités requises, une salle polyvalente, une bibliothèque, une école de formation, une infirmerie, une salle de prière et des terrains de sports.

 

17 février 2017


  1. Route Yanfolila-Kalana-Frontière Guinée :

Le marché relatif aux travaux de construction et de bitumage de la route Yanfolila-Kalana-Frontière Guinée, longue de 52 kilomètres environ, est conclu entre le Gouvernement de la République du Mali et l’Entreprise COVEC MALI pour un montant de 18 milliards 829 millions 21 mille 95 francs CFA toutes taxes comprises et un délai d’exécution de 15 mois hors saison de pluies.

 

  1. Route Banconi-Dialakorodji-Safo-Nossombougou :

Le marché relatif aux travaux de construction et de bitumage de la route Banconi-Dialakorodji-Safo-Nossombougou, longue de 56 kilomètres environ, est conclu entre le Gouvernement de la République du Mali et l’Entreprise COGEB International pour un montant de 27 milliards 729 millions 986 mille 552 francs CFA toutes taxes comprises et un délai d’exécution de 15 mois.

 

  1. Route Barouéli-Tamani :

Le marché relatif aux travaux de construction et de bitumage de la route Barouéli-Tamani, longue de 30,6 kilomètres environ, est conclu entre le Gouvernement de la République du Mali et l’Entreprise BECM-CG pour un montant de 7 milliards 222 millions 996 mille 259 francs CFA toutes taxes comprises et un délai d’exécution de 12 mois.

 

  1. Route Kayes-Sadiola-Kéniéba : Lot 1 Kayes-Sadiola (90 kilomètres) :

Le marché relatif aux travaux de construction et de bitumage de la route Kayes-Sadiola-Kéniéba, longue de 90 kilomètres, est conclu entre le Gouvernement de la République du Mali et l’Entreprise COVEC MALI pour un montant de 42 milliards 478 millions 69 mille 38 francs CFA toutes taxes comprises et un délai d’exécution de 24 mois.

 

  1. Route Kangaba-Dioulafoundo-Frontière Guinée :

Le marché relatif aux travaux de construction et de bitumage de la route Kangaba-Dioulafoundo-Frontière Guinée, longue de 50 kilomètres, est conclu entre le Gouvernement de la République du Mali et l’Entreprise EGK pour un montant de 19 milliards 437 millions 950 mille 586 francs CFA toutes taxes comprises et un délai d’exécution de 15 mois.

Les marchés approuvés, s’inscrivent dans le cadre de la mise en œuvre de la Politique nationale des Transports, des Infrastructures de Transport et du Désenclavement adoptée par le Gouvernement en octobre 2015.

La construction et le bitumage des routes Yanfolila-Kalana-Frontière Guinée, Banconi-Dialakorodji-Safo-Nossombougou, Baroueli-Tamani, Kayes-Sadiola-Kéniéba et Kangaba-Dioulafoundo-Frontière Guinée permettront d’assurer le désenclavement intérieur et extérieur du Mali et contribueront au développement économique et social du pays.

Le financement des marchés est assuré entièrement par le Budget national sur les exercices 2017-2018.

 

 

08 février 2017

 

Le marché relatif au contrôle et à la surveillance des travaux de construction et de bitumage de la route Zantiébougou-Kolondiéba-Frontière Côte d’Ivoire en République du Mali est conclu entre le Gouvernement de la République du Mali et le Groupement GIC-Mali / Le Consultant Ingénierie Tunisie pour un montant de 1 milliard 999 millions 650 mille francs CFA hors taxes et un délai d’exécution de 26 mois.

Les prestations du consultant portent, notamment, sur la validation des projets d’exécution, le contrôle des dispositions techniques, géotechniques et topographiques, la gestion administrative et financière et la coordination entre les intervenants.

La construction et le bitumage de la route Zantiébougou-Kolondiéba-Frontière Côte d’Ivoire en République du Mali participe de l’amélioration des conditions de transport sur le corridor Bamako-San Pedro en Côte d’Ivoire.

Le financement du marché est assuré par le Budget national et la Banque africaine de Développement.

 

28 Décembre 2016

 

Un projet de décret portant approbation du marché relatif à la fourniture et à l’installation des équipements hydro-électromécaniques du Projet de doublement de la capacité de la centrale hydro-électrique de Sotuba II (Lot n°2) : Le marché relatif à réalisation des travaux du génie civil du Projet de doublement de la capacité de la centrale hydro-électrique de Sotuba II (Lot n°1) est conclu entre le Gouvernement de la République du Mali et l’Entreprise CGGC pour un montant de 13 milliards 601millions 220 mille 052 francs CFA toutes taxes comprises et un délai d’exécution de 23 mois et demi.

Le marché relatif à la fourniture et à l’installation des équipements hydro-électromécaniques du Projet de doublement de la capacité de la centrale hydro-électrique de Sotuba II (Lot n°2) est conclu entre le Gouvernement de la République du Mali et l’Entreprise SINOHYDRO CORPORATION Limited pour un montant de 9 milliards 578 millions 347 mille 6 francs CFA toutes taxes comprises et un délai d’exécution de 24 mois.

 

 

08 décembre 2016– AFD

 

Le marché relatif à la réalisation des travaux de réhabilitation du Rétail IV, d’aménagement du Rétail IV bis et du revêtement de 400 ml du distributeur Rétail dans la zone Office du Nigerest conclu entre le Gouvernement de la République du Mali et le Groupement RC-Construçoes-SA/Construços-SAU pour un montant de 7 milliards793 millions 261 mille 609 francs CFA hors taxes et un délai d’exécution de 9 mois.

La réalisation des travaux, objet du marché, s’inscrit dans le cadre de l’exécution du Contrat plan Etat/Office du Niger/Exploitants agricoles. Elle permettra à l’Office du Niger d’augmenter les superficies aménagées et de contribuer davantage àla sécurité alimentaire.

Le financement du marché est assuré par l’Agence française de Développement.

 

 

09 Novembre 2016

– un marché relatif aux travaux de construction du 2ème pont est conclu entre le Gouvernement de la République du Mali et l’Entreprise SOMAFREC-SA pour un montant de 36 milliards 588 millions 500 mille 449 francs CFA TTC et un délai d’exécution de 24 mois hors saison des pluies,

– un marché relatif aux travaux d’aménagement des routes d’accès du 2ème pont de Kayes est conclu entre le Gouvernement de la République du Mali et l’Entreprise COVEC-Mali pour un montant de 18 milliards 999 millions 399 mille 534 francs CFA TTCet un délai d’exécution de 15 mois hors saison des pluies.

Le financement est assuré par le Budget national à hauteur de 100%.

 

 

12 Octobre 2016

 

Un projet de décret portant approbation du marché relatif aux travaux de construction et de bitumage de la route Bénéna-Madiakuy (18 km) :

Le marché relatif aux travaux de construction et de bitumage de la route Bénéna-Madiakuy (18km) est conclu entre le Gouvernement de la République du Mali et l’Entreprise BECM-CG pour un montant de 5 milliards 300 millions 240 mille 760 francs CFA toutes taxes comprises et un délai d’exécution de 12 mois.

 

 

29 Septembre 2016

Le marché relatif à la fourniture et à l’installation d’équipements d’éclairage public intelligent par télégestion à Bamako conclu entre le Gouvernement de la République du Mali et le Groupement d’Entreprise GME BAMAKO LIGHTING pour un montant de 4 milliards 3 millions 232 mille 205 francs CFA hors taxes et un délai d’exécution de trois (03) mois.

 

 

07 Septembre 2016

 

Le marché relatif aux travaux de construction d’un immeuble (RDC+2) sur le site de l’ancienne Direction Régionale de l’Institut National de Prévoyance Sociale (INPS) de Ségou est conclu entre le Gouvernement de la République du Mali et l’Entreprise Compagnie Malienne de Construction (COMACO) pour un montant de 2 milliards 558 millions 681 mille 879 francs CFA TTC et un délai d’exécution de 18 mois.

 

 

 

24 Aout 2016

 

Pour l’achèvement de l’ensemble des travaux des Lot n°1 et 2 du Projet d’Appui au Développement rural de Tien Konou et Tamani, il est apparu nécessaire de prendre en compte l’aménagement de 76 hectares supplémentaires, le planage de 36 hectares du marché initial, des travaux d’ouvrage d’art et de terrassement complémentaire du canal principal de Dioro.
Le présent avenant est conclu entre le Gouvernement de la République du Mali et l’Entreprise COGEB international pour un délai d’exécution de 3 mois hors saison des pluies et un montant de 918 millions 335 mille 794 francs CFA hors taxes et droits de douane soit 13,98% du montant du marché initial.

 

 

03 Aout 2016

Le marché relatif aux travaux de construction du siège de la Direction Nationale des Domaines et du Cadastre (DNDC) R +7 est conclu entre le Gouvernement de la République du Mali et l’Entreprise Mali Construction pour un montant de 4 milliards 696 millions 250 mille 350 francs CFA et un délai d’exécution de 24 mois.

 

 

20 juillet 2016

 

Sur le rapport du ministre de l’Economie et des Finances, le Conseil des Ministres a adopté un projet de décret portant approbation de l’Avenant n°1 au Marché n°0211/DGMP-DSP-2015 relatif aux travaux de réhabilitation et de rénovation du Palais présidentiel de Koulouba en Commune III du District de Bamako au Mali.

Pour la bonne exécution de l’ensemble des travaux de réhabilitation et de rénovation du Palais présidentiel de Koulouba, il est apparu nécessaire d’ajouter des travaux supplémentaires et complémentaires.

Le présent avenant est adopté dans ce cadre et proroge le délai d’exécution de 7 mois.

L’incidence financière est évaluée à 1 milliard 775 millions 733 mille 298 francs CFA Hors Taxes, hors droits de douane et hors TVA, soit 29,63% du marché initial.

 

MA REMARQUE : Le montant d’un avenant, selon le code des marchés publics, ne peut dépasser 5% du marché initial. 

Or ici, on est à plus de 29% du montant du marché initial !

Quand le montant d’un avenant dépasse 5% du marché initial, on doit procéder à un nouvel appel d’offres selon le code des marchés publics.

 

 

 

Le Mali en panne d’élites politiques

J’éviterais aujourd’hui d’égrener la liste des problèmes liés aux acteurs politiques Maliens depuis l’avènement de la démocratie et du multipartisme en 1991.

Cependant, depuis la dernière décennie, les piliers de la nation se fissurent les uns après les autres, à commencer par la sélection de son personnel politique.

Des politiques déconnectés du quotidien des Maliens

SI La voie d’accès à la politique doit passer par une carrière brillante dans la haute fonction publique, Celle-ci ayant perdu son aura, elle n’a plus son aspect formateur des élites au Mali. Résultat, on rentre en politique de plus en plus jeune pour se retrouver ministre ou député sans grande expérience du monde réel .

Tout membre de l’appareil du parti ou proche d’un responsable politique a vocation à exercer des responsabilités gouvernementales. Ainsi, le cocktail d’inexpérience, d’inculture économique, de dogmatisme idéologique et d’ambition personnelle qui caractérise une partie de la classe politique actuelle nuit à la qualité et à la cohérence des décisions publiques avec, parfois, des effets dévastateurs pour le pays .

La démagogie comme conséquence

La politique devient d’autant plus un « métier » que nombre de ses praticiens sont incapables d’en exercer un autre, ce qui accentue leur longévité sur la scène publique et fait obstacle au renouvellement des générations. Cette dépendance renforce la tendance des gouvernants à flatter l’opinion plutôt qu’à montrer la voie aux électeurs.

Schröder, Merkel, Blair :

Ces systèmes démocratiques ont su faire émerger des hommes neufs en phase avec leur temps, pourquoi pas nous au Mali ? Ces dysfonctionnements du système politique seraient atténués si la vie du pays en dépendait un peu moins.

Tous coupables :

Dans ce pays où l’on feint de croire qu’un gouvernement peut, par incantations et quelques tours de passe-passe technocratiques, « resoudre le problème du nord du Mali », tous sont coupables, les médias qui « oscillent entre complaisance et naïveté », le dépérissement des corps intermédiaires, les écoles supérieures et universités qui forment des mandarins et des notables, pas des innovateurs. Cette homogénéité étouffante des profils isole le Mali, qui stagne dans un monde qui avance.

Séga DIARRAH

 

L’offensive industrielle

Il est impératif de développer une stratégie industrielle offensive, en appliquant notamment les principes de l’intelligence économique.

Le gouvernement doit mettre en place des comités stratégiques, secteur par secteur, afin de mobiliser, à côté des entreprises concernées, tous les moyens de l’État et de les concentrer sur des objectifs opérationnels : conquérir le marché national et sous régional, créer un grand groupe industriel national ou sous régional, riposter à une offensive commerciale chinoise.

Dans cet esprit, il est essentiel que l’État suscite et porte à nouveau de grands projets industriels d’intérêt national.

La puissance publique devrait réagir par la mise en œuvre de projets de grande ampleur pour libérer le Mali de cette dépendance asiatique pour les produits de prémière néccessité (riz, sucre, mil etc). De grands projets devraient être développés par ailleurs dans tous les secteurs de la haute technologie, ceux qui conditionnent l’avenir.

Plus globalement, Je pense que le gouvernement doit se préoccuper de susciter, favoriser et encourager la création de grands groupes industriels capables de devenir, chacun dans leur secteur, des numéros un sous régionaux. Il faut à notre Pays une véritable stratégie industrielle visant à placer le Mali en tête dans tous les domaines d’activité possibles.