Crise Politique à l’ADEMA PASJ

L’ADEMA PASJ est depuis le weekend dernier dans une impasse politique, sur le fond et sur la forme.

Sur la forme d’abord. On a assisté pendant la dernière réunion de son comité exécutif à un vaudeville.

C’est bon, maintenant, on sait que L’ADEMA PASJ est capable de se tirer des rafales de kalachnikov dans les pieds à l’occasion de ses réunions.

Une crise ouverte existe désormais entre le clan Moustapha Dicko-Dramane Dembélé qui demande une candidature interne du Parti à la présidentielle de juillet 2018, et le clan Tiémoko-Adama-Hampé qui souhaite soutenir le président IBK dès le premier tour.

Malgré un semblant d’accord, on va voir si la plaie s’infecte ou pas, mais tout cela va laisser des traces, même si par la suite, on fait semblant de se réconcilier (ce qui arrivera sous la pression des militants).

Cela ne va pas être évident, dans l’immédiat, de désigner un candidat dans ce contexte et de faire avaler la pilule au perdant sans qu’il perde la face. Il va ensuite falloir réparer les dégâts en terme d’image dans le grand public. Bref, cela ne va pas être simple.

Sur le fond, la crise est grave et profonde, et c’est à mon avis le plus important dans l’affaire.

Quelques soient les tripatouillages des uns et des autres pendant la désignation du candidat du parti, un vainqueur  dans ce contexte aura très peu de légitimité.

on pourra ensuite rajouter à  en plus, le refus  très probable de chacun de reconnaitre la victoire de l’autre, on sera dans une impasse.

Quid de l’avenir de l’ADEMA PASJ ? Je ne crois pas à une disparition de l’ADEMA PASJ, d’abord pour des questions de financement de la vie politique.

Les dotations de l’Etat étant assises sur le résultat des législatives précédentes, c’est l’ADEMA PASJ qui a l’argent.

Les dissidents peuvent partir, fonder un autre parti, mais sans l’argent, ils n’iront pas bien loin.

Si on est ambitieux et qu’on vise haut, c’est à l’ADEMA PASJ qu’il faut être. L’ADEMA PASJ tiendra, car quel que soit celui qui sera désigné comme son candidat, il devra composer avec les autres, qui pèseront quand même plus de la moitié des militants.

Ce qui va sans doute se passer, c’est une paralysie de l’ADEMA PASJ, avec deux camps se regardant en chiens de faïence au sein de l’appareil.

Rien n’est perdu pour l’ADEMA PASJ, et à la limite, c’est presque une bonne chose pour la reconstruction de ce parti que rien n’ait été tranché pendant la dernière réunion de son comité exécutif. Une synthèse différente peut émerger au moment de la désignation de son candidat.

Séga DIARRAH

diarrah.com

 

Please follow and like us: