Ecouter Ras Batch

J’ai voulu savoir ce que dit réellement Ras Batch, et pas seulement les résumés médiatiques et les commentaires divers et variés. Je suis allé le rencontrer au carrefour des Jeunes.

Ce que j’y ai appris ne m’a pas paru scandaleux ou sulfureux, bien au contraire. Ras Batch se conduit comme nous devrions tous le faire, en écoutant réellement ce qui est dit, directement à la source et sans intermédiaire.

C’est une démarche à laquelle je souscris pleinement. Il se fait ensuite son opinion, approuvant ou désapprouvant les positions. Par contre, il ne partage pas sa vision sur la gouvernance de IBK. Pour autant, il est prêt à en discuter.

Il est ainsi dans une position de dialogue, pas de compromission. On peut discuter, rencontrer des gens sans pour autant adhérer à leurs idées. C’est là le tour de force du mouvement des jeunes BI-TON également, que de faire croire que l’idélogie d’un tel regroupement ou personnage est contagieuse par contact physique. Il suffirait de serrer la main de Soumaila Cissé ou Tiébilé Dramé pour devenir un dangereux suppôt de Satan. A partir de là, tout dialogue avec le « pestiféré » est interdit.

Comme Ras Batch a déjà été signalé comme pestiféré par les detracteurs, il ne risque plus rien. Il ne peut guère être davantage diabolisé !

Mais combien d’autres n’osent pas, de peur de se trouver eux aussi cloués au pilori ?

Je suis ouvert au dialogue, notamment sur ce blog et je ne censure jamais l’expression d’opinions (à partir du moment où on respecte les personnes et opinions des autres). Ce n’est pas pour autant que je suis en accord avec tous les commentaires. Le refus du dialogue et de l’écoute sincère de l’autre sont des attitudes anti-démocratiques qu’il faut dénoncer.

Malheureusement, la chape de plomb médiatique est telle que la censure, la déformation et les amalgames l’emporteront encore longtemps sur l’échange et le dialogue.

Espérons que les sites internet arriveront à relever davantage le niveau.

Séga DIARRAH