Je ne suis ni de l’opposition, ni de la majorité, mais de l’intérêt général

sega!diarrahVisiblement, ça chauffe au Mali.

Il est vrai que la situation y est assez préoccupante, avec un taux de chômage des jeunes le plus élévé de la sous région, et surtout, une récession assez forte depuis 2013 (croissance économique  pas suffisance face au taux de natalité), dont on ne voit pas le bout.

Psychologiquement, c’est difficile à supporter pour un peuple qui a pu croire, pendant quelques années, qu’il était capable de devenir un « grand » économiquement, et rattraper enfin ce retard structurel sur la prospère Afrique de l’Ouest.

Il n’y a pas qu’au Mali que la mauvaise gouvernance a des répercutions sociales. Le printemp arabe est né de là.

Pour l’instant, c’est le tout début, on ne sait pas comment cela va tourner au Mali. On ne sait pas non plus comment cela va être traité par les médias, comment cela va être reçu par le public Malien et la Diaspora.

En tout cas, ça a l’air parti pour durer et provoquer des changements. Mais peut-être pas ceux que certains attendent. Un angle a été retenu par tous, c’est l’importance des réseaux sociaux dans la montée en puissance de ce mouvement de contestation.

Quelle est l’exacte portée de facebook et de Twitter, qui ne sont que des instruments ?

pour moi, l’essentiel, ce sont les personnes qui sont derrière les claviers et les écrans. Ce sont eux qui décident de descendre dans la rue ou pas.

Cela ne semble pas avoir été compris par tous, c’était frappant quand on entendait les journalistes de l’ORTM parler avec émerveillement de la marche de l’opposition, occultant allègrement l’essentiel de la révendication.

Je suis donc très curieux de la suite, de ce qui va se passer réellement, mais aussi de la manière dont cela va être vu à l’Etranger. Il y aura sans doute de belles analyses rétrospectives.

Cette contestation populaire va t elle continuer ?

C’est la grosse question, car ce qui nous intéresse, c’est ce qu’elle soit citoyenne.

Un mouvement de jeunes est en gestation sur facebook, ça s’agite aussi sur la page facebook de maliactu

Comme beaucoup de Maliens,, je ne suis ni de l’opposition ni de la Majorité Présidentielle, mais avant tout du côté de l’intérêt général.

Il me semble qu’aujourd’hui celui-ci court un si grand danger que prendre la parole pour le défendre est devenu un devoir.

Attribuer ces manifestations à des mouvements organisés, à une stratégie concrète ou a des personnes spécifiques est une vieille interprétation, typique de ceux qui ne comprennent rien à ce qui se passe. Une fois la mèche allumée, il est très difficile de l’éteindre.

Avec de plus  en plus d’opportunistes au Mali, ce n’est pas encore mûr.
Mais ça viendra.. le jour où on arrivera pas à payer nos factures.

Cependant, tend que les Maliens n’ont pas repris confiance dans l’avenir,  nous ne sommes pas à l’abri de troubles.

Séga DIARRAH