La Renaissance Malienne

Nous vivons le début d’une ère nouvelle. Un basculement politique et idéologique d’envergure déstabilise la classe politique Malienne d’aujourd’hui. Les forces politiques issues de la révolution de 1991 se disloquent.

Dans cette perspective, j’ai pris la véritable dimension en me situant dans la logique de ces formidables mutations.

La véritable alternance est d’une tout autre ampleur : c’est celle qui m’oppose à notre classe politique actuelle.

D’un coté, une classe politicienne décadente, imbue de théories cosmopolites, qui se bat pour sa survie.

Mon combat est de constituer une force populaire qui luttent pour le pouvoir. Tels sont les termes de la grande alternance dont dépend aujourd’hui le sort de notre pays.

Gageons que notre pays connaitra demain le sort qui fut, celui dont rêvait le Président Modibo Keita, car on distingue déjà les signes avant-coureurs de son crépuscule.

Alors, nous allons assurer la relève.

Mais soyons en sûrs, jamais l’aigreur des médiocres  n’arrêtera le cours de l’histoire.

Séga DIARRAH