Les guerres civiles commencent par des petites choses que les responsables politiques n’ont pas été en mesure de régler

politicien-maliRégulièrement, certains commentateurs de maliactu.net et sur facebook s’acharnent à me critiquer sur un prétendu cynisme de ma part.

c’est pourquoi une petite mise au point me semble nécessaire.

J’ai une échelle de valeur qui m’est personnelle. Elle me va bien, mais je n’ai aucunement la prétention de la considérer comme universelle. Chacun voit midi à sa porte.

Sur le fonctionnement de l’Etat et la vie politique, ce qui compte, c’est l’efficacité.

Il ne faut jamais oublier que les politiques ont un boulot à accomplir : que la machine administrative fonctionne et qu’elle rende les services qu’on lui demande.

Je n’ai pas l’obsession de la pureté (qu’elle soit morale ou démocratique). Les tripatouillages peuvent me gêner (souvent même), mais je m’en accommode tant que cela ne porte pas (trop) atteinte à la bonne marche de l’Etat.

Oui certains de nos politiques n’ont pas toujours un comportement très « moral », mais si ce politique est efficace, que le service est bien rendu, ça excuse des choses (pas tout bien évidemment et notamment pas la corruption financière).

Par contre, quand les « vices » risquent de porter atteinte à l’efficacité de l’action politique, je suis beaucoup moins indulgent. Encore faut il savoir où on met la barre, à partir de quand on peut considérer que le comportement et les attitudes de la personnalité politique font un tort réel à l’exercice de sa fonction.

Et même là, je n’émet pas forcement de jugement moral. Je constate que vu la situation objective, il vaut mieux que la personne s’en aille car elle n’est plus à même de bien remplir sa fonction.

J’ai cette position parce que j’ai conscience des dégâts que peut causer un mauvais fonctionnement de l’Etat. L’inefficacité des élus peut conduire au mieux à des gabegies, à de l’inefficacité. Passé un certain stade, la cohésion sociale peut être mise à mal.

Les guerres civiles commencent comme ça, par des petites choses que les responsables politiques n’ont pas été en mesure de régler (qu’il ne l’ait pas pu ou pas voulu ne change pas grand chose).

Des petites fractures deviennent des failles béantes. c’est comme dans un bâtiment. Si on ne fait pas les travaux de réparation tout de suite, les dégradations peuvent aller très vite et coûter bien plus cher.

Malheureusement, c’est souvent après que l’on se rend compte qu’on y aurait gagné à prendre le problème plus en amont. Je ne suis pas prêt à accepter de sacrifier cela pour avoir des saints comme dirigeants. C’est un choix politique que je fais entre efficacité et « pureté ».

J’ai aussi cette position car je m’efforce de ne pas juger les personnes.

La perfection n’existe pas dans ce bas monde, et je me méfie des Saint-Just qui veulent que les autres soient à la hauteur de leurs exigences morales à eux.

Que certains se regardent, sincèrement, et se demandent ce qu’ils feraient s’ils étaient dans la situation de deux qu’ils critiquent.

Souvent, ils n’ont pas les éléments pour mener à bien cette introspection car ils n’ont jamais fait l’expérience de se trouver en situation de se laisser aller à la facilité et de devoir faire un effort pour résister et aller à contre-courant de ce qui se fait dans le milieu auquel ils appartiennent.

Les exemples pullulent d’opposants très critiques et virulents, qui, une fois dans la place, font exactement la même chose que ceux qu’ils critiquaient ! C’est facile d’être pur quand on est pas en situation d’être tenté. C’est facile d’être un grand Résistant en temps de paix !

J’ai enfin cette position car je ne me juge pas assez important pour devoir prendre sur moi l’avenir du Mali.

Je ne suis pas grand chose, mon avis ne compte pas. Je ne vois donc pas pourquoi je passerais mon temps à avoir un avis définitif sur tout, à m’indigner à la chaine, à vouloir changer le monde.

Car je sens bien que chez certains commentateurs, le problème est là. Je suis coupable de ne pas partager leurs indignations. Beaucoup de ceux qui se disent tolérants le sont en fait uniquement avec ceux qui partagent leurs opinions et qui ne dépassent pas certaines bornes parfois fort étroites.

J’ajoute enfin que personne ne peut prétendre avoir toute l’information pour avoir une vision parfaitement juste des réalités. Parmi ceux qui critiquement, il y a malheureusement bien des gens qui n’ont vraiment pas toute l’information. Et le pire, c’est qu’ils ne cherchent pas à l’avoir cette information.

Comprendre ne les intéressent pas. Ce qu’ils veulent, c’est donner leur avis et le voir triompher sur celui des autres. Pas vraiment mon optique sur maliactu.net, d’où certaines incompréhensions.

séga DIARRAH