Moussa Mara l’opportuniste

diarrah.com

Le personnage de Moussa Mara m’a toujours un peu dérangé.

Il fait peur par son ambition avouée et assumée de requin tueur, qui écarte impitoyablement tous ceux qui sont en travers de son chemin. Il me dérange surtout par son coté opportuniste.

Il donne régulièrement à entendre ce que les citoyens attendent : Ils veulent de la religion, on fait des meeting dans les lieux de cultes, il faut un peu d’humanisme, on se balade dans le pays pour rencontrer les chefs traditionnels.

Dans tous les domaines, il colle ainsi à l’opinion, en fonction des préoccupations du moment, du public qui est dans la salle. Et le drame, c’est que Moussa Mara est très bon dans son jeu. Quand vous l’avez en face de vous, il est terriblement convainquant et vous ne pouvez que saluer l’artiste, quand vous n’êtes pas directement convaincu.

Mais bien malins sont ceux qui connaissent le fond de sa pensée et ses intentions véritables. C’est un champion de l’écran de fumée (comme la plupart de nos hommes politiques nationaux).

Mara, c’est ATT avec 10 ans de moins. Quelques convictions sur des points précis accompagnées d’une immense souplesse vis à vis des demandes de l’électorat, avec pour fin unique la conquête du pouvoir en vue de satisfaire un égo démesuré.

 Reste une inconnue chez Mara, sa capacité à exercer le pouvoir une fois en place. Espérons qu’il ferait mieux que ses prédécesseurs, car pour lui, la conquête du pouvoir est une fin en soi.

Une fois Nommé à la primature, il commençait à préparer la prochaine échéance, dans une logique clanique qui l’emportait souvent sur l’exercice de sa mission. C’etait d’ailleurs là son drame, continuer à se comporter en candidat.

Cela nous a donné 11 mois d’immobilisme et d’eau tiède, où le gouvernail de l’Etat oscillait en fonction des désirs de l’opinion, de la pression des médias et des lobbys (la visite de kidal en est un exemple). Surtout, ne pas commettre d’impair qui compromettrait la prochaine élection !

Aujourd’hui, il joue à l’équilibriste, pendant que ses généraux participent à la marche du NON avec le collectif AN Tè, A Bana, il publie une lettre sur son blog pour défendre la révision de la constitution.

Je n’ai franchement pas envie de reprendre encore 10 ans de cette classe politique et de son mode de fonctionnement.

 

J’attends autre chose de la politique et je pense que ma génération partage mon attente.

 

Elle ne pourra pas se satisfaire longtemps de ce qui est actuellement proposé.

Séga DIARRAH

diarrah.com