Séga Décrypte #7 : Pourquoi l’OR ne brille pas pour les Maliens ?

diarrah.com

Avec les réserves d’OR dont dispose notre sous sol, le Mali peut financer sa stabilité et assurer son développement et sa croissance diffuse.

Pourquoi l’OR ne brille pas pour les Maliens ? Quels sont les dessous des exploitations minières au Mali ? Que faut il faire pour que l’OR du Mali contribue au développement du Pays et assure la prospérité?
Voici les questions que j’aborde dans ce numéro de décryptage en Bambara.

le Film de d’Eric Pautporté.

(c) Diarrah.com

Président de BI-TON

Mali : L’échiquier à front renversé

diarrah.com

L’épisode de la révision constitutionnelle  marquera sans doute, même si on ne s’en rend pas compte, le moment où l’échiquier politique Malien s’est retrouvé au grand jour, et où l’opposition Malienne est devenue conservatrice, et la Majorité Présidentielle révolutionnaire et du côté du changement.

Pendant très longtemps, depuis toujours même, l’opposition s’est vue comme minoritaire au Mali, face à un système centralisé et fort qu’elle aspirait à renverser.

 

Pendant très longtemps, elle n’avait aucun espoir d’y arriver, et le gouvernement d’IBK, de son côté, se sentait bien à l’abri.

 

Les rôles étaient bien distribués, IBK au pouvoir, l’opposition dans la contestation. Chacun s’est construit intellectuellement sur cette base.

 

Et puis est venu le moment où, sur le plan du modèle de gouvernance, c’est l’opposition qui l’a emporté.

Il faut bien reconnaître que, depuis les années 91, notre société a vécu une révolution anthropologique profonde. J’en veux pour preuve l’avènement de la démocratie.

 On en arrive aujourd’hui à un basculement où la prochaine étape, c’est l’alternance au sommet de l’Etat.

L’opposition, qui dénonçait les insuffisances du projet de révision constitutionnelle, s’est retrouvée dans la position dominante, majoritaire, ce qui ne lui était jamais arrivé.

Se penser en minoritaire en étant majoritaire, se croire porteur du changement alors qu’on est le tenant de la « normalité », voilà le drame des partis de l’opposition au Mali , et l’une des raisons de son malaise profond…

IBK a eu du mal à faire son deuil, beaucoup de mal même. On en voit la trace, par exemple, dans cette obsession à continuer à se croire comme seule légitime à occuper le pouvoir, comme si ses idées étaient encore majoritaires.

Certes, une bonne partie de ce qui est aujourd’hui « sa Majorité », s’est rallié à son projet de révision constitutionnelle, du moins en apparence.

Mais il n’empêche qu’une frange non négligeable des Partis de la majorité présidentielle est restée sensible aux bases de la pensée conservatrice d’autrefois, celle qui pouvait s’incarner dans l’équilibre entre nos institutions  que le nouveau projet de révision constitutionnelle allait supprimer.

Cela se traduit par une résistance sur certains sujets.

Ce mouvement ANTE A BANA contre la révision constitutionnelle a dévoilé l’impasse politique et intellectuelle de l’opposition Malienne, qui n’a finalement jamais réussi à s’entendre pour élaborer un programme de gouvernement et à assumer d’être majoritaire.

En 2017, l’opposition Malienne est en crise profonde et doit se reconstruire de fond en comble.

Séga DIARRAH

Président de BI-TON

diarrah.com

Séga Décrypte #6 : Le Franc CFA et les alternatives pour les Africains

diarrah.com

le FCFA, comment et pourquoi ?

Combien de personnes meurent chaque jour dans le monde par manque de nourriture ou de soins, non que la nourriture ou les médicaments manquent, mais parce qu’elles n’ont pas l’argent pour y accéder.

Peut on accepter cela plus longtemps dès que l’on a compris que le Franc CFA se crée à partir de la seule volonté humaine ?

Que ressentiriez vous si vous deviez accepter de laisser votre enfant mourrir au seul prétexte que vous n’avez pas l’argent pour le faire soigner?

Dès maintenant, nous pouvons sortir de notre prison mentale.

Rejoignez nous sur http://bi-ton.org

Séga Décrypte #5 : Les enjeux de la France et de l’Algérie dans le nord du Mali

diarrah.com

Dans cette vidéo, je vous explique les enjeux de la France et de l’Algérie dans le nord du Mali.

Les alliances des groupes Touaregs et la collision avec AQMI. Je vous explique également les détails de la rébellion de 2006 et les attaques sur les camps de Kidal et de Ménaka en 2006.

Et enfin, je vous présente mes propositions de sortie de crise.

Séga Décrypte #4 : La Mafia de l’agriculture Malienne

Dans cette vidéo, je vous explique pourquoi notre agriculture n’est pas productive et créatrice d’emploi.

Je reviens sur l’ensemble des politiques agricoles au Mali et sur les liens entre les politiques, les agriculteurs et les commerçants de 1960 à nos jours.

Je fais un état des lieux de l’initiative riz initiée par ATT et Modibo Sidibé en 2007/2008.

Et enfin, je lance un appel à tous les paysans à réjoindre BI-TON  afin de mettre en place un circuit court pour les agriculteurs et se libérer de la mafia qui fait main basse sur l’agriculture Malienne

Mes sources pour la réalisation de cette vidéo :

  • P. Baris, J. Zaslavsky et S. Perrin, La Filière riz au Mali : compétitivité et perspectives de marché, Paris, Agence française de développement, 2005, p. 22.
  • « En mars 2008, seulement 1 % des ménages urbains étaient en insécurité alimentaire sévère contre 8 % en milieu rural, et 7 % des ménages urbains étaient en insécurité alimentaire modérée contre 18 % en milieu rural ». Voir Commissariat à la sécurité alimentaire, Étude de base de la sécurité alimentaire et de la nutrition, Bamako, PAM, 2009, p. 10.
    • Grain,« Le Nerica, un autre piège pour les petits producteurs africains », Barcelone, janvier 2009. Grain est une ONG fondée en 1990 qui soutient les mouvements paysans dans les pays du Sud et produit des analyses des politiques agricoles.Riz non décortiqué. Cette production correspond à environ 1 million de tonnes de riz marchand décortiqué.. Vérificateur général du Mali, Rapport annuel 2009, Bamako, 2010.
    • . M. Klein, Slavery and Colonial Rule in French West Africa, Cambridge, Cambridge University Press, 2002, p. 160.. R. Roberts, « The Emergence of a Grain Market in Bamako. 1883-1908 », Revue canadienne des études africaines, vol. 14, n° 1, 1980, p. 55-81
    • . M. Fok, Le Développement du coton au Mali par analyse des contradictions : Les acteurs et les crises de 1895 à 1993, Montpellier, Cirad, 1993, p. 52.
    • Entre 3 et 21 % du riz et entre 20 et 30 % du coton produit étaient vendus sur les marchés parallèles dès les années 1940 et 1950. Voir M. van Beusekom, Negotiating Development. African Farmers and Colonial Experts at the Office du Niger, 1920-1960, Portsmouth, Heinemann, 2002, p. 133.. Sur l’histoire de l’US-RDA et du PSP avant l’indépendance, voir R. Morgenthau, Political Parties in French-speaking West Africa, Oxford, Clarendon Press, 1964, p. 255-300.. Voir B. Sanankoua, La Chute de Modibo Keïta, Paris, Éditions Chaka, 1990, p. 110.J.-L. Amselle, « Fonctionnaires et hommes d’affaires au Mali », Politique africaine, n° 26, juin 1987, p. 66.
      • Entre 1992 et 2001, le mil représentait en moyenne 70 % du total des céréales exportées depuis le Mali, le maïs 20 %, le sorgho 6 %, et le riz seulement 3 %. Voir L. Diakite, Fonctionnement du marché céréalier au Mali. Une analyse néo-institutionnelle de son organisation et de son efficacité temporelle et spatiale, thèse de doctorat de sciences économiques, Université de Ouagadougou, 2006, p. 163.
      • Centre de recherche panafricain créé en 1971, largement financé par les agences multilatérales et les coopérations des pays du Nord. Voir www.warda.org.
      • Avec un démarrage effectif en 2005. Voir la brochure « AR Initiative africaine sur le riz], rampe de lancement des Nerica en Afrique subsaharienne », Cotonou, 2009, disponible sur www.warda.org.
    • Sur l’évolution des prix du mil et du riz dans différentes villes du Mali entre 2001 et 2009, voir Afrique Verte Internationale, Point sur la sécurité alimentaire au Sahel (n° 100), Montreuil, 2009
    • Entre 1992 et 2001, le mil représentait en moyenne 70 % du total des céréales exportées depuis le Mali, le maïs 20 %, le sorgho 6 %, et le riz seulement 3 %. Voir L. Diakite, Fonctionnement du marché céréalier au Mali. Une analyse néo-institutionnelle de son organisation et de son efficacité temporelle et spatiale, thèse de doctorat de sciences économiques, Université de Ouagadougou, 2006, p. 163.
    • Centre de recherche panafricain créé en 1971, largement financé par les agences multilatérales et les coopérations des pays du Nord. Voir www.warda.org.
    • Avec un démarrage effectif en 2005. Voir la brochure « AR Initiative africaine sur le riz], rampe de lancement des Nerica en Afrique subsaharienne », Cotonou, 2009, disponible sur www.warda.org.
    • Grain,« Le Nerica, un autre piège pour les petits producteurs africains », Barcelone, janvier 2009. Grain est une ONG fondée en 1990 qui soutient les mouvements paysans dans les pays du Sud et produit des analyses des politiques agricoles.Riz non décortiqué. Cette production correspond à environ 1 million de tonnes de riz marchand décortiqué.. Vérificateur général du Mali, Rapport annuel 2009, Bamako, 2010.
    • . M. Klein, Slavery and Colonial Rule in French West Africa, Cambridge, Cambridge University Press, 2002, p. 160.. R. Roberts, « The Emergence of a Grain Market in Bamako. 1883-1908 », Revue canadienne des études africaines, vol. 14, n° 1, 1980, p. 55-81
    • . M. Fok, Le Développement du coton au Mali par analyse des contradictions : Les acteurs et les crises de 1895 à 1993, Montpellier, Cirad, 1993, p. 52.
    • Entre 3 et 21 % du riz et entre 20 et 30 % du coton produit étaient vendus sur les marchés parallèles dès les années 1940 et 1950. Voir M. van Beusekom, Negotiating Development. African Farmers and Colonial Experts at the Office du Niger, 1920-1960, Portsmouth, Heinemann, 2002, p. 133.. Sur l’histoire de l’US-RDA et du PSP avant l’indépendance, voir R. Morgenthau, Political Parties in French-speaking West Africa, Oxford, Clarendon Press, 1964, p. 255-300.. Voir B. Sanankoua, La Chute de Modibo Keïta, Paris, Éditions Chaka, 1990, p. 110.J.-L. Amselle, « Fonctionnaires et hommes d’affaires au Mali », Politique africaine, n° 26, juin 1987, p. 66.