Séga Décrypte #13 : Les raisons politiques de la crise Malienne

Dans cette vidéo, je vous explique les raisons majeures de la crise politique que traverse le Mali. La crise Malienne est avant tout une crise de gouvernance qui trouve ses origines dans la mise en oeuvre de la décentralisation.

Les informations qui servent de support à la réflexion menée dans cette vidéo sont issues d’observations menées lorsque j’étais étudiant à l’institut d’Etudes Politiques SciencesPo Paris.

Sources :

  • En 1236, l’empereur Soundiata, après sa victoire sur le roi du Sosso, procède à la réorganisation du Mandé, scellée par la Charte de Kurukan Fuga. Ce pacte social entre les différents clans de l’empire est considéré – notamment par les adeptes de la philosophie néo-traditionaliste du n’ko, influente chez les promoteurs de la décentralisation – comme la première expérience de décentralisation au Mali. Il aurait fondé l’organisation politique de l’empire sur une articulation entre confédération, provinces et cantons avec la famille comme matrice primordiale de l’État. Voir J.-L. Amselle, « Les usages politiques du passé. Le N’ko et la décentralisation administrative au Mali », in C. Fay, Y. F. Koné et C. Quiminal (dir.), Décentralisation et pouvoirs…op. cit., p. 39-65.

 

  • L’insurrection des Touarègues qui éclata dans le Nord Mali en juin 1990 était mue par des revendications socio-politiques et identitaires. Les Accords de Tamanrasset de janvier 1991 permirent d’amorcer un règlement politique qui fut confirmé, après la chute de Moussa Traoré, par la signature d’un Pacte national, le 11 avril 1992, entre le nouveau gouvernement malien et les rebelles. La perspective d’une décentralisation effective de pouvoirs et de ressources en faveur des régions du Nord faisait partie intégrante du règlement du conflit. Pour une analyse de la décentralisation malienne comme processus de cooptation des Touarègues, voir J. C. Seely, « A Political Analysis of Decentralisation : Coopting the Tuareg Threat in Mali », Journal of Modern African Studies, vol. 39, n° 3, 2001, p. 499-524.

 

  • I. Bergamaschi, « Mali : Patterns and Limits of Donor-driven Ownership », in L. Withfield (dir.), The Politics of Aid. African Strategies for Dealing with Donors, Oxford, Oxford University Press, 2009, p. 235.

 

  • M. Leclerc-Olive, « Élites locales et intellectuels dans la décentralisation. Expériences maliennes », in A. Kouvouama, A. Gueye, A. Piriou et A.-C. Wagner (dir.) Figures croisées d’intellectuels. Trajectoires, modes d’action, productions, Paris, Karthala, 2007, p. 409-430.

 

  • Discours de Kafougouna Koné lors des Assises de la décentralisation et du développement institutionnel, Bamako, 14 février 2008, cité par L’Essor, 15 février 2008.

 

  • A. Roy, « La société civile dans le débat politique au Mali », Cahiers d’études africaines, n° 178, 2005, p. 573-584.

 

Please follow and like us: