Séga Décrypte #14 : L’islam au Mali

sega DIARRAH

Issu d’une contestation de l’ordre colonial et d’une réforme de l’enseignement islamique, le Mali a adopté un islam sunni et populaire qui favorise l’adoption de nouvelles normes et des modes d’action sociale inédits.

La montée d’un islam politique au Mali après l’avènement de la démocratie s’inscrit dans un contexte où l’accès à l’information, comme la mobilité des personnes et des biens, renforcent le sentiment d’appartenance à l’Oumma, où le savoir enseigné, constamment en circulation, joue un rôle de ciment.

Dans cette vidéo, je vous explique  le poids de ces transformations et le mouvement de réforme interne de l’islam au Mali.

Mes sources :

  • Coran, sourate « Le Très Haut » (sura’t AlAla ), 87.
  • Dans le contexte malien, la tendance sunni définit la part des musulmans qui font de la tradition prophétique (sunna ) la base de leur réinvestissement de la foi ou de la réislamisation. Contrairement au contexte arabe, le sunnisme au Mali ne se définit pas spécifiquement par opposition au chiisme (qui est très minoritaire : près de 98 % des musulmans maliens sont sunnites, de rite malékite), mais bel et bien par rapport aux traditions confrériques qu’il rejette.
  • L’UCM, fondée à Dakar dans les années 1940, eut des antennes dans les principaux foyers réformistes de l’Afrique occidentale française (AOF). Au Mali, elle fut dissoute par Modibo Keita à son arrivée au pouvoir.
  • Entre 1980 et 1990, le taux de scolarisation dans l’enseignement public malien ne cesse de diminuer : s’élevant à 30 % en 1980, il n’atteint plus que 21 % en 1996. En 2008, la proportion des enfants fréquentant l’école primaire a nettement augmenté, passant à 61 %.
  • En 1981, les médersas accueillent 36,62 % des enfants en âge de suivre l’école primaire, et en 1987, entre un quart et un tiers des élèves (L. Brenner, op. cit. [2]). Entre 2002 et 2009, le nombre des médersas est passé de 840 à 1 631. Entre 2001 et 2009, le nombre d’enfants inscrits en premier cycle en médersas passe de 121 657 à 240 579. En 2009, 60 % des enfants du premier cycle étaient scolarisés en école publique, 18 % dans les écoles communautaires, 12 % dans les médersas, enfin 10 % dans les écoles privées non confessionnelles (ministère de l’Éducation de base, de l’Alphabétisation et des Langues nationales du Mali, Annuaire national des statistiques scolaires de l’enseignement fondamental 2002-2003 et 2008-2009, Gouvernement du Mali ).
  • Ministère de l’Emploi et de la Formation professionnelle/ministère de l’Éducation de base, de l’Alphabétisation et des Langues nationales/ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, Programme d’investissement pour le secteur d’Éducation. Descriptif de la troisième phase (PISE III), mars 2010.

 

Séga Décrypte #12 : pourquoi l’école Malienne n’est pas performante

Dans cette vidéo, je vous explique pourquoi le système éducatif Malien est l’un des moins performants dans le monde.

Les problèmes actuels de l’éducation au Mali trouvent leurs sources dans les politiques mises en place dans un passé plus ou moins récent.

sources :
L’éducation au Mali
Diagnostic pour le renouvellement de la politique éducative en vue d’atteindre les objectifs du Millénaire ( Banque Mondiale)

POLITIQUE DE L’EDUCATION AU MALI DE 1884 à 2012: ENTRE RUPTURE ET ADAPTATION ( Adama Coulibaly)

Entre État et populations : I’école et I‘éducation en devenir (Étienne Gérard ORSTOM)

Séga Décrypte #11 : L’histoire sécrète de la La rébellion touarègue de 1962-1964 au Mali

En 1962, une première rébellion touarègue éclate à Kidal pour refuser l’autorité du président Modibo Keïta.

Les troupes maliennes, avec l’accord du président Ben Bella, interviennent même à l’intérieur des frontières algériennes pour poursuivre les rebelles.

Les autorités maliennes répriment férocement et place la région du nord sous surveillance militaire

Pour Adhérer à notre mouvement : http://bi-ton.org/adhesion/

les sources pour cette vidéo :

  • Les Guerres d’Afrique des origines à nos jours, Éditions du Rocher 2013, p. 210
  •  «La « Flamme de la paix » du Mali 10 ans après: bilan de la réinsertion des anciens rebelles», de Yvan Conoir et de Gérard Verna, « DDR, désarmer, démobiliser et réintégrer : Défis humains – Enjeux globaux » ; Éditeur Presses Université Laval, 2006
  • Transferts definitifs (Colonel Assimi S. Dembélé)- Le Figuier 2003

Séga Décrypte #10 : Le Mali de 1960 à 1968

  1. Dans cette vidéo, je décrypte la stratégie de développement adoptée par le Mali de 1960 à 1968.

Les motivations du coup d’Etat de 1968 contre le Peuple Malien et le retour en force de la France.

Je vous invite à adhérer à notre mouvement ici http://bi-ton.org/adhesion/

Mes notes pour la réalisation de cette vidéo :

  • Selon les archives, le franc malien est également frappé en Tchécoslovaquie. SHD, AMT, GR 14 S 267, Pelen à Couve de Murville, Aides bilatérales étrangères au Mali, le Mali et les pays d’Europe orientale, Bamako, 17 juin 1966.

 

  • AN, fonds Foccart, 5 AG F/ 1676, note du SDECE, URSS MALI : Au sujet de la rencontre de Charles Cissoko avec Brejnev et Kossyguine, 26 septembre 1969.

 

  • AN, Fonds Foccart, 5 AG F/ 1676, Louis Dallier à Michel Debré, Huit ans d’assistance technique soviétique au Mali (1961-1969), 23 août 1969.

 

  • Les accords de défense entre la Russie et le Mali ont été rendus caducs après la chute de Modibo Keita. AN, Fonds Foccart, 5 AG F/ 1676, Note du SDECE, Fiche, URSS MALI : Au sujet de la rencontre de Charles Cissoko avec Brejnev et Kossyguine, 26 septembre 1969.

 

  • AN, fonds Foccart, 5 AG F/ 1676, Louis Dallier à Maurice Schumann, Sept ans de coopération sino-malienne, 1er août 1969.

 

  • AN, fonds Foccart, 5 AG F/ 1676, note du SDECE, Des accords secrets entre Modibo Keita et la RPC, 7 janvier 1969.

 

  • AN, fonds Foccart, 5 AG F/ 1676, note d’information, Les entretiens sino-maliens de Pékin, 24 août 1967.

 

  • AN, fonds Foccart, 5 AG F/ 1676, Télégramme de l’ambassadeur Pierre Cerles à Pékin, 29 mai 1968.

 

  • AN, fonds Foccart, 5 AG F/ 329, L’action du communisme en Afrique, SDECE, septembre 1959.

 

  • AN, fonds Foccart, 5 AG F/ 1676, Pierre Pelen à Michel Debré, L’aide américaine au Mali, Bamako, 17 décembre 1968.

 

  • AN, fonds Foccart, 5 AG F/ 1676, Télégramme de l’ambassadeur Moore, Bamako, 9 mars 1967.

 

Toutes mes vidéos sur diarrah.com

Séga Décrypte #8 : Pourquoi la presse Malienne n’est pas spécialisée et professionnelle ?

diarrah.com

Entre calomnies, diffamations, mensonges, chantages, propagandes, politisation et intimidations, la presse Malienne n’arrive toujours pas à se professionnaliser et à abandonner le militantisme.

Dans cette vidéo, je vous décrypte les origines des problèmes de la presse Malienne, et propose des solutions pour professionnaliser les journalistes et assainir le monde de L’information.

Plus de vidéos sur diarrah.com

Séga Décrypte #7 : Pourquoi l’OR ne brille pas pour les Maliens ?

diarrah.com

Avec les réserves d’OR dont dispose notre sous sol, le Mali peut financer sa stabilité et assurer son développement et sa croissance diffuse.

Pourquoi l’OR ne brille pas pour les Maliens ? Quels sont les dessous des exploitations minières au Mali ? Que faut il faire pour que l’OR du Mali contribue au développement du Pays et assure la prospérité?
Voici les questions que j’aborde dans ce numéro de décryptage en Bambara.

le Film de d’Eric Pautporté.

(c) Diarrah.com

Président de BI-TON

Séga Décrypte #6 : Le Franc CFA et les alternatives pour les Africains

diarrah.com

le FCFA, comment et pourquoi ?

Combien de personnes meurent chaque jour dans le monde par manque de nourriture ou de soins, non que la nourriture ou les médicaments manquent, mais parce qu’elles n’ont pas l’argent pour y accéder.

Peut on accepter cela plus longtemps dès que l’on a compris que le Franc CFA se crée à partir de la seule volonté humaine ?

Que ressentiriez vous si vous deviez accepter de laisser votre enfant mourrir au seul prétexte que vous n’avez pas l’argent pour le faire soigner?

Dès maintenant, nous pouvons sortir de notre prison mentale.

Rejoignez nous sur http://bi-ton.org

Séga Décrypte #5 : Les enjeux de la France et de l’Algérie dans le nord du Mali

diarrah.com

Dans cette vidéo, je vous explique les enjeux de la France et de l’Algérie dans le nord du Mali.

Les alliances des groupes Touaregs et la collision avec AQMI. Je vous explique également les détails de la rébellion de 2006 et les attaques sur les camps de Kidal et de Ménaka en 2006.

Et enfin, je vous présente mes propositions de sortie de crise.

Séga Décrypte #4 : La Mafia de l’agriculture Malienne

Dans cette vidéo, je vous explique pourquoi notre agriculture n’est pas productive et créatrice d’emploi.

Je reviens sur l’ensemble des politiques agricoles au Mali et sur les liens entre les politiques, les agriculteurs et les commerçants de 1960 à nos jours.

Je fais un état des lieux de l’initiative riz initiée par ATT et Modibo Sidibé en 2007/2008.

Et enfin, je lance un appel à tous les paysans à réjoindre BI-TON  afin de mettre en place un circuit court pour les agriculteurs et se libérer de la mafia qui fait main basse sur l’agriculture Malienne

Mes sources pour la réalisation de cette vidéo :

  • P. Baris, J. Zaslavsky et S. Perrin, La Filière riz au Mali : compétitivité et perspectives de marché, Paris, Agence française de développement, 2005, p. 22.
  • « En mars 2008, seulement 1 % des ménages urbains étaient en insécurité alimentaire sévère contre 8 % en milieu rural, et 7 % des ménages urbains étaient en insécurité alimentaire modérée contre 18 % en milieu rural ». Voir Commissariat à la sécurité alimentaire, Étude de base de la sécurité alimentaire et de la nutrition, Bamako, PAM, 2009, p. 10.
    • Grain,« Le Nerica, un autre piège pour les petits producteurs africains », Barcelone, janvier 2009. Grain est une ONG fondée en 1990 qui soutient les mouvements paysans dans les pays du Sud et produit des analyses des politiques agricoles.Riz non décortiqué. Cette production correspond à environ 1 million de tonnes de riz marchand décortiqué.. Vérificateur général du Mali, Rapport annuel 2009, Bamako, 2010.
    • . M. Klein, Slavery and Colonial Rule in French West Africa, Cambridge, Cambridge University Press, 2002, p. 160.. R. Roberts, « The Emergence of a Grain Market in Bamako. 1883-1908 », Revue canadienne des études africaines, vol. 14, n° 1, 1980, p. 55-81
    • . M. Fok, Le Développement du coton au Mali par analyse des contradictions : Les acteurs et les crises de 1895 à 1993, Montpellier, Cirad, 1993, p. 52.
    • Entre 3 et 21 % du riz et entre 20 et 30 % du coton produit étaient vendus sur les marchés parallèles dès les années 1940 et 1950. Voir M. van Beusekom, Negotiating Development. African Farmers and Colonial Experts at the Office du Niger, 1920-1960, Portsmouth, Heinemann, 2002, p. 133.. Sur l’histoire de l’US-RDA et du PSP avant l’indépendance, voir R. Morgenthau, Political Parties in French-speaking West Africa, Oxford, Clarendon Press, 1964, p. 255-300.. Voir B. Sanankoua, La Chute de Modibo Keïta, Paris, Éditions Chaka, 1990, p. 110.J.-L. Amselle, « Fonctionnaires et hommes d’affaires au Mali », Politique africaine, n° 26, juin 1987, p. 66.
      • Entre 1992 et 2001, le mil représentait en moyenne 70 % du total des céréales exportées depuis le Mali, le maïs 20 %, le sorgho 6 %, et le riz seulement 3 %. Voir L. Diakite, Fonctionnement du marché céréalier au Mali. Une analyse néo-institutionnelle de son organisation et de son efficacité temporelle et spatiale, thèse de doctorat de sciences économiques, Université de Ouagadougou, 2006, p. 163.
      • Centre de recherche panafricain créé en 1971, largement financé par les agences multilatérales et les coopérations des pays du Nord. Voir www.warda.org.
      • Avec un démarrage effectif en 2005. Voir la brochure « AR Initiative africaine sur le riz], rampe de lancement des Nerica en Afrique subsaharienne », Cotonou, 2009, disponible sur www.warda.org.
    • Sur l’évolution des prix du mil et du riz dans différentes villes du Mali entre 2001 et 2009, voir Afrique Verte Internationale, Point sur la sécurité alimentaire au Sahel (n° 100), Montreuil, 2009
    • Entre 1992 et 2001, le mil représentait en moyenne 70 % du total des céréales exportées depuis le Mali, le maïs 20 %, le sorgho 6 %, et le riz seulement 3 %. Voir L. Diakite, Fonctionnement du marché céréalier au Mali. Une analyse néo-institutionnelle de son organisation et de son efficacité temporelle et spatiale, thèse de doctorat de sciences économiques, Université de Ouagadougou, 2006, p. 163.
    • Centre de recherche panafricain créé en 1971, largement financé par les agences multilatérales et les coopérations des pays du Nord. Voir www.warda.org.
    • Avec un démarrage effectif en 2005. Voir la brochure « AR Initiative africaine sur le riz], rampe de lancement des Nerica en Afrique subsaharienne », Cotonou, 2009, disponible sur www.warda.org.
    • Grain,« Le Nerica, un autre piège pour les petits producteurs africains », Barcelone, janvier 2009. Grain est une ONG fondée en 1990 qui soutient les mouvements paysans dans les pays du Sud et produit des analyses des politiques agricoles.Riz non décortiqué. Cette production correspond à environ 1 million de tonnes de riz marchand décortiqué.. Vérificateur général du Mali, Rapport annuel 2009, Bamako, 2010.
    • . M. Klein, Slavery and Colonial Rule in French West Africa, Cambridge, Cambridge University Press, 2002, p. 160.. R. Roberts, « The Emergence of a Grain Market in Bamako. 1883-1908 », Revue canadienne des études africaines, vol. 14, n° 1, 1980, p. 55-81
    • . M. Fok, Le Développement du coton au Mali par analyse des contradictions : Les acteurs et les crises de 1895 à 1993, Montpellier, Cirad, 1993, p. 52.
    • Entre 3 et 21 % du riz et entre 20 et 30 % du coton produit étaient vendus sur les marchés parallèles dès les années 1940 et 1950. Voir M. van Beusekom, Negotiating Development. African Farmers and Colonial Experts at the Office du Niger, 1920-1960, Portsmouth, Heinemann, 2002, p. 133.. Sur l’histoire de l’US-RDA et du PSP avant l’indépendance, voir R. Morgenthau, Political Parties in French-speaking West Africa, Oxford, Clarendon Press, 1964, p. 255-300.. Voir B. Sanankoua, La Chute de Modibo Keïta, Paris, Éditions Chaka, 1990, p. 110.J.-L. Amselle, « Fonctionnaires et hommes d’affaires au Mali », Politique africaine, n° 26, juin 1987, p. 66.

Séga DIARRAH Décrypte #2 : G5 sahel, L’armée Malienne et la révision constitutionnelle

diarrah.com

Dans cette vidéo, je décrypte

– le G5 Sahel  et les nouvelles orientations de la politique Française dans le Sahel en moins de 10 minutes

– La dernière déclaration du Président IBK sur la révision constitutionnelle au Mali et les raisons qui le poussent à passer en force.

– Le coût d’un soldat Malien  au trésor public et les détails

Blog : http://diarrah.com

page facebook : https://fr-fr.facebook.com/segadiarrah/

compte twitter : https://twitter.com/segadiarrah?lang=fr

Tous mes articles sur maliactu.net : http://maliactu.net/author/sega/

voici mon analyse en 10 minutes du discours prononcé par le Président IBK


Je reviens dans cette vidéo sur le discours prononcé par le président de la république Ibrahim Boubacar Keita à l’occasion de la célébration de  l’Aid El Fitr en présence du gouvernement, des familles fondatrices de Bamako ainsi que des leaders réligieux.

– Révision constitutionnelle
– IBK habite chez son père
– IBK et la communauté internationale
– Les activistes sur les réseaux sociaux
– etc